Il y a quelques temps, je vous demandais si vous saviez faire du pain. Aujourd’hui, je poursuis la discussion en vous parlant de ce que, j’espère, sera la fin des recettes toutes faites. En fait, j’ai eu cette envie parce que mon mari, le boulanger de la maisonnée, teste présentement des recettes de pain sans gluten. Et, il ne peut s’empêcher de modifier une recette. Ce trait de caractère, je pensais qu’il le tenait de son père. Comme son géniteur, il modifie toujours tout ce qu’il achète, que ce soit des recettes ou encore, un ski-doo. En le regardant se pencher sur les petits détails qui pouvaient être changés pour plus d’efficacité, je me suis demandée et s’il avait tout compris, instinctivement, ce que plusieurs entrepreneurs tardent à comprendre?

Les débuts d’années sont emplis de lancements de toute sorte, et l’entrepreneuriat ne fait pas bande à part. En fait, vous remarquerez, ces offres de début d’année suivent souvent une tendance à proposer une recette toute faite, sans nécessairement d’accompagnement. Peut-être est-ce la saison qui incite à ça, les gens qui sont encore un peu mornes de l’hiver, pensent à leur printemps et sont charmés par des offres aux allures alléchantes.

J’en ai acheté, deux et même trois fois plutôt qu’une, de ces offres alléchantes. J’y ai certes fait plusieurs apprentissages à mes yeux de débutante. Mais j’ai aussi appris à faire comme le font les autres. À faire, comme si j’étais quelqu’un d’autre. Vous les reconnaissez certainement, ces comptes Facebook, Instagram ou encore ces infolettres qui sont tellement semblables qu’on dirait qu’elles sont écrites par la même personne? En fait, elles sont l’inspiration d’une même formation. C’est, à mon sens, anti-leadership, même si j’ai pris du temps à m’en rendre compte.

C’est maintenant assez flagrant qu’en suivant certains entrepreneurs, je peux dire quels programmes de formations ils ont fait. À tout coup, je mise dans le mile. Bien que mon orgueil soit content d’avoir vu juste, j’ai quand même de la peine de voir des entrepreneurs qui ne s’aperçoivent pas qu’ils volent dans une cage qui leur est invisible. Plusieurs ont même attendu des mois que les portes ouvrent pour y être, alors qu’ils auraient pu utiliser ce temps précieux pour avancer dans leur entreprise, avec des investissements plus accessibles.

Je suis pro investir dans mon entreprise. Je le fais constamment en fait. Mais j’aime investir dans ce que j’ai réellement besoin. Et les recettes toutes faites ne correspondent plus à mes besoins. Je fais deux types d’investissements. Des formations ou du coaching de groupe, en ligne ou individuel, pour me permettre de m’élever en tant qu’entrepreneur. L’autre type d’investissement, c’est de m’entourer d’experts pour soit déléguer, soit des formations spécifiques, qui vont avoir un impact rapide sur mon entreprise.

Des exemples?

J’ai pour conviction que les entrepreneurs doivent apprendre à faire leur propre pain, à s’entourer des meilleurs ingrédients pour créer leur propre recette, sans attendre de pouvoir se payer les ingrédients perçus comme plus luxueux. Vous aimeriez du sirop d’érable, mais votre budget vous permet de mettre de la cassonade? Qui dit que ce ne sera pas meilleur? Et, ce faisant, vous aurez mis du pain sur la table, vous aurez avancé, vous aurez grandit et vous aurez généré des revenus pour, peut-être, vous payer du sirop d’érable. Si cet ingrédient est toujours aligné, avec vos besoins qui auront changé au rythme que vous grandissez comme entrepreneure.